3 novembre 2021

Analyses sanguines post-injection

Analyses sanguines post-injection

Pour ce 15ème numéro de "Science en Conscience" pour ReinfoCovid, Jérémie Mercier reçoit le médecin généraliste luxembourgeois Benoît Ochs, membre du collectif ReinfoCovid Luxembourg


Voici une petite synthèse de l'entretien :

Présentation

  • Le médecin n'est pas "anti-vax", il est pour les bons vaccins. Selon les données d'eudravigilance (institut européen qui notifie les effets secondaires susceptibles d'être liés aux médicaments et vaccins), les vaccins contre le COVID figurent parmi les plus mauvais qui existent dans l'histoire de la vaccinologie.
  • il n'a eu aucun mort dans sa patientèle et a prescrit 800 traitements qui reposaient sur des produits interdits par l'Etat : l'hydroxychloroquine, l'azithromycine et l'ivermectine.
  • L'ordre des médecins luxembourgois lui intente un procès pour avoir traité illégalement ses patients et s'être déplacé au domicile des malades en grave détresse. On pourrait d'ailleurs le considérer comme de la non-assistance à personne en danger légale.

Rappel lexical :

  • Une thrombose au niveau des poumons est une embolie pulmonaire
  • Une thrombose au niveau du cerveau est un accident vasculaire cérébral (AVC)
  • Une thrombose au niveau du coeur est un infarctus
  • Une thrombose au niveau d'une jambe est une phlébite
  • Une myocardite est une atteinte inflammatoire du myocarde (muscle du coeur).
  • Une péricardite est une inflammation du péricarde, le sac fibro-séreux translucide qui entoure le cœur.

Les tests sanguins

Tous ses patients vaccinés et en bonne santé ont fait une analyse de sang pour suivre les taux de :

  • D-dimères afin de connaître le risque de thrombose
  • ferritine pour connaître le niveau de fer dans le sang
  • CRP lié aux infections ou inflammations dans le corps
  • CPK pour détecter un début de myocardite ou péricardite
  • troponime pour détecter un début de myocardite ou péricardite.

Alors que les patients ont l'air en bonne santé, les analyses présentent des résultats anormaux : les D-dimères étant élevés, il y a suspiscion de thrombose. Les patients sont alors envoyés à l'hopital pour faire un bilan mais on ne trouve rien d'anormal. Le taux de D-dimères peut s'élever deux jours après la vaccination comme 6 mois après la vaccination. Il n'y a pas de règles déterminées.

La ferritine se trouvaient dans la plupart des résultats légèrement élevée.

Les résultats de la CRP dont la limite normale est à "5", dépassaient régulièrement les 50, voire 100, 120, 180. En règle générale, une CRP à 120 ou 180 signifie, par exemple, une pneumonie. C'est une infection grave. Il faut donc les envoyer à l'hôpital mais on ne trouve toujours rien. Aucune infection mais un seul symptôme : la fatigue.

20% de ses patients vaccinés ont des CRP très élevés.

30% de ses patients vaccinés ont des D-dimères élevés.

Mais il existe aussi des micro-thromboses dont le diagnostic s'établi sur le long terme car pour qu'un organe ne fonctionne plus, il faut qu'il y ait environ 65% des "micro-artères" qui soient bouchées.

Le Dr. Ochs craint que la présence de D-dimères ne provienne de ces micro-thromboses. Ces craintes pourraient être confirmées par des autopsies effectuées en Allemagne au cours desquelles les médecins ont réclassé 40 % des morts en morts du vaccin. Ils avaient détecté un phénomène inflammatoire et de thrombose disséminé sur plusieurs organes, ce qui ne s'était jamais vu auparavant. C'est quelque chose de réellement nouveau.

Les résultats des autopsies confirment les résultats des analyses de sang de ses patients. Cependant, ses patients n'ont, pour le moment, pas eu de pathologies graves.

Avoir des micro-thromboses dans les organes dont les tissus se régénèrent, (foie, rein) n'est pas grave en soi. Mais avoir, par exemple, des micro-thromboses dans les poumons peut, à terme, exercer une pression dans les artères pulmonaires, ce qui va se répercuter sur le coeur et amener à une insuffisance cardio-respiratoire.

La protéine Spike

La spike est probablement la protéine qui est à l'origine de la toxicité du vaccin et serait la cause de l'apparition des thromboses. Faire une transfusion de sang de vacciné implique d'être contaminé par la protéine spike. En Israël, des experts essayent de nettoyer le sang contaminé par la spike en mettant au point des machines "dialyses".

En Israël, où 95% des formes graves se déclarent chez des personnes vaccinées et 90% des covid également, les courbes du taux de vaccination et de décés sont parallèles.

La vaccination des jeunes

Pfizer a envoyé aux médecins un document indiquant que la vaccination chez les jeunes allait entraîner un risque de myocardite et péricardite. Ce document informe que l'évolution d'une péricardite et myocardite chez un vacciné est la même qu'une péricardite ou myocardite normale, pour ne pas dire qu'il y a un risque d'arrêt cardiaque.

Pfizer informe que le médecin qui vaccine doit prévenir le vacciné du risque d'infarctus du myocarde.

En Belgique, il est recommandé de ne pas faire de sport dans les 15 jours après la vaccination (lien).

Il y a 1% de risque de décès par myocardite ou péricardite comme effet indésirable du vaccin. Cela peut sembler peu mais, selon les cardiologues, le risque de décès chez les personnes ayant eu une myocardite augmente de 50% après 5 ans et énormement après 10 ans.

Le risque est énorme ! Pour l'épidémie que l'on a, cela vaut-il le coup de continuer la vaccination au regard des effets secondaires du vaccin ?

Actuellement il y a plus de morts avec la vaccination qu'avec le covid.

Les femmes enceintes

Pourquoi faut-il vacciner les femmes enceintes alors qu'auparavant l'on préconisait l'inverse ?

Selon le travail de Christine Cotton (Biostatisticienne de 23 ans d'expérience) qui repose sur les données de la CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis), il y aurait 27% de fausses couches, 10% de prématurés graves, 4% de mal-formations chez les enfants.

La spike se transmet sexuellement et l'ARN de la spike peut se transmettre. Les bébés dont les parents sont vaccinés peuvent ainsi intégrer dans leur génome le code de fabrication de la spike.

Des thromboses dans le placenta ont été retrouvées chez les bébés qui naissent, jamais vu auparavant.

Selon certains gynécologues, le poids des bébés dont les parents sont vaccinés est souvent inférieur à 3 kg.

La surmortalité

Selon euromomo (institut de surveillance de la mortalité européenne), Il y a une hausse de mortalité de plus de 50% (entre 50 et 60%) dans la tranche d'âge des 15 à 45 ans et des 40 à 65 ans en Europe. La tranche d'âge de 15 à 45 ans présente normalement 7000 morts par semaine en Europe, mais on retrouve actuellement un excès de mortalité de 4500 morts par semaine. On passe ainsi de 7000 morts par semaine dans la tranche d'âge des 15 à 45 ans en Europe à 11 500 morts.

Il n'y a pas d'explication à ce phénomère et l'augmentation est régulière depuis le mois de février.

On peut demander une autopsie en cas de soupçon mais cela doit être autorisé par le procureur car le financement est public. En Allemagne, il est possible depuis peu de faire une autopsie sans passer par un médecin ou un procureur mais les coûts (2000€) sont à la charge du demandeur.

Des vaccins différents selon les lots

Une étude du Japon a détecté des différences de concentration de produits selon les lots de vaccin. Certains lots présentaient également une concentration de métaux lourds, d'autres non. Les lots de vaccination semblent ainsi différents les uns des autres.

Dans ses analyses de sang, le Dr. Ochs avait des périodes où il ne détectait aucun problème et d'autres périodes où il n'y avait que ça. Ce phénomène pourrait s'expliquer par les différences de concentration de produits selon les lots de vaccin.

Les remèdes pour se detoxifier de l'injection :

Tous les traitements sont possibles (glutathion, N-acétylcystéine, aspirine).

Mais il faut avant tout faire des tests sanguins pour connaître le taux de d-dimères et de CRP, CPK, troponime et ferritine, pour comprendre ce qu'il se passe et arrêter le risque des vaccins.

Il ne faut pas hésiter à demander de faire une autopsie en cas de morts suspectes.

La controverse Sanofi

En 2017, 600 enfants morts officiellement (10 000 selon les Philippins) à cause du vaccin (dengvaxia) contre la dengue aux Philippines ont suffi pour stopper la vaccination. Suite à cette affaire, SANOFI Pasteur est poursuivi en justice.

Si on arrête le vaccin aux Philippines (250 millions d'habitants) avec 600 morts, pourquoi continue-t-on un vaccin en Europe avec 27 000 morts déclarés par Eudravigilance ? Pourquoi un procès chez Sanofi et pourquoi aucun procès chez Pfizer ou Moderna ?